SPIRITISME 2.0 : Massive Attack

Pertes de contrôle désarticulées, possessions par l’alcool ou par une entité robotique, hommage à des morts, références horrifiques, complot satanique … avec son dernier EP Massive Attack semble toujours en proie à quelques névroses.

Après 6 ans d’attente, c’est le 6ème album du groupe qui marque ce début d’année 2016 – je vous ai averti, il y a sûrement un complot satanique autour de tout ces 6 ! – et pour l’occasion le groupe retrouve Tricky le temps d’un morceau. L’artiste avait quitté le groupe en 1994 après la sortie de l’album Protection et revient désormais poser sa voix sur Take it there dont le clip alcoolisé avait ouvert les hostilités le mois dernier.

On y retrouve John Hawkes, avec ses faux airs de Sean Penn, errant dans les rues sombres en proie à ses démons. L’alcoolique nocturne se retrouve projeté dans un monde flou filmé dans un format 4:3 étriqué et entouré de danseurs symbolisant la dépression imminente. Un clip très poétique réalisé par le jeune Hiro Murai – à ne pas confondre avec le vieux Bill Murray – qui commence à se faire un petit nom dans le milieu. Souvenez-vous de Gold de Chet Faker et de son excellent clip tout aussi imagé.

Sorti il y a peu, c’est désormais le clip de Voodoo in my blood qui fait couler beaucoup d’encre. Agrémenté d’images choc, on y retrouve une Rosamund Pike qui perd le contrôle face à une sphère robotique. Pour mémoire, l’actrice britannique avait marqué les esprits en 2015 dans le très bon Gone Girl de David Fincher, d’où ce minois familier. Attention les yeux, ça surprend.

Étrange et fascinant, le clip réalisé par Ringan Ledwidge – surtout remarqué dans la publicité – se présente comme une référence évidente à Possession (1981) d’Andrzej Zulawski, film fantastico-horrifique culte où une Isabelle Adjani possédée entreprend un jeu et une chorégraphie similaires lors d’un fameux (presque) plan séquence dans les couloirs déserts du métro berlinois. Serait-ce la récente mort du réalisateur en février dernier à l’âge de 75 ans qui aurait motivé l’équipe à rendre un hommage référence ?

On peut aussi citer Phantasm (1979) de Don Coscarelli, série de films fantastico-horrifiques dont le 5ème opus devrait sortir cette année. Une saga identifiable par son méchant atypique, le Tall Man, mais surtout par sa boule métallique équipée d’un attirail mortel qui poursuit ses victimes dans des couloirs labyrinthiques. Serait-ce alors pour rendre hommage à Angus Scrimm, l’éternel interprète du Tall Man, décédé à l’âge de 89 ans en janvier dernier, que cette boule assassine vient tourmenter Rosamund Pike ?

J’admets ne pas connaître la date de tournage du clip mais l’hypothèse d’un double hommage me ravit tant ces films sont recommandables pour un public averti. Ayant chacun leur lot de mystères et de fulgurances gores, certes très eighties mais goulument efficaces !

Si toutefois vous êtes plus musique que cinéma – ou plus Rohmer que Romero – j’en reviens à vous recommander les deux autres titres de RITUAL SPIRIT déjà disponibles sur Spotify, ainsi que toute la discographie de ce groupe indémodable, cocktail essentiel pour exorciser sa mélancolie.

Partager cet article
FacebookTwitterPinterestGoogle+Tumblr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


*