The Last Night : deux frères & des pixels !

The Last Night, Odd Tales

Le pixel art a toujours eu un aspect fascinant. Pouvoir créer des décors, des personnages, des ambiances à partir de simples carrés : voilà qui tient d’un certain prodige. The Last Night est un parfait exemple de maîtrise de cet art.

Jeu flash créé en 6 jours pour la Cyberpunk Jam 2014, dont il a été l’heureux gagnant, ce projet s’inscrit dans la grande tradition des platformers en 2D à défilement horizontal, le tout porté par des environnements graphiques d’une richesse jubilatoire. Suite au succès de la Cyberpunk Jam les deux frères à l’origine du projet, Tim & Adrien Soret, ont décidé de continuer le développement du jeu afin d’en proposer une version aboutie : c’est ainsi que le studio Odd Tales est né. Se référant à des jeux tels qu’Another World ou Flashback, ils revendiquent haut et fort leur amour de la création pixel art 2D.

The Last Night, Odd Tales

The Last Night est un véritable plongeon dans un univers cyberpunk, entre omniprésence technologique et inspirations asiatiques. Avec des ambiances lumineuses très proches de celles présentes dans Blade Runner (Ridley Scott), l’une des principales sources d’inspiration du jeu, ou plus récemment dans le Hong-Kong futuriste de Pacific Rim (Guillermo Del Toro), il possède une forte qualité cinématographique. On effectue un parallèle immédiat avec des dystopies sociétales dépeintes dans de nombreux films, où la question de la technologie se trouve au centre d’une réflexion sur l’humain, voire le transhumain. Est associé avec cette pensée tout un vocabulaire visuel qui a connu son apogée dans les années 80, période où le cyberpunk a été défini pour la première fois. Teintes sombres relevées de lumières crues, brillance du métal et multiplication des câbles, des composants électroniques, peur et fascination éprouvées envers la machine…

The Last Night nous propose donc une adaptation de cette thématique avec un médium différent, celui du jeu vidéo et de la 2D, ce qui implique d’autres défis mais aussi beaucoup de possibilités. On y retrouvera des phases d’action et d’infiltration, des interactions variées avec les personnages non jouables et les environnements, ainsi que la possibilité d’effectuer des choix déterminant les actions du personnage principal. Autant de mécanismes de jeu qui permettent d’accentuer le pouvoir narratif de l’expérience.

Le projet est en cours de développement, sur le moteur de jeu Unity, et est attendu pour 2016.

Page Facebook d’Odd Tales

Pour jouer à la version flash c’est ici !

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


*